Hommage à L'Atalante (1990), un film de Jean Vigo

Heureuse vie, à bord de L'Atalante !

Pourquoi cet hommage à l’Atalante sur un site dédié à Marcel Carné


Bien sur certains pourront y voir une certaine provocation à trouver un site consacré à l’Atalante et Jean Vigo hébergé sur un site dédié à Marcel Carné tant leurs visions du cinéma peuvent paraître éloignées.

Loin de nous l’idée de vouloir rassembler les deux cinéastes : l’un, Vigo, étant caractérisé par sa liberté et l’autre, Carné, par sa rigueur et son exigence.

Néanmoins, l’idée n’est pas saugrenue car au fond, qu’est-ce qui importe ? C’est que l’on soit touché ou non par un film.

Le reste est littérature comme on dit…

Ainsi on peut bien évidemment aimer l’Atalante et Le Quai des Brumes pour prendre deux films emblématiques des années trente.

Puis si l’on veut s’amuser à chercher, on trouvera que :

1 – Jean Vigo est né en 1905 et Marcel Carné en 1906.

Ils avaient donc un an d’écart.

Si Vigo était mort en 1996 (comme Carné), sa carrière aurait-elle été aussi remarquable ?

Nous avons toujours pensé que si Marcel Carné avait eu la « chance » de mourir en 1945 à 39 ans après Les Enfants du Paradis, il serait devenu une légende à l’image de Jean Vigo.

2 – Les deux vont tourner leur premier court-métrage quasi en même temps.

Nogent Eldorado du dimanche de Marcel Carné sera présenté au Studio des Ursulines à la fin de l’année 1929 et A propos de Nice quelques mois plus tard à la salle du Vieux-Colombier. Notons que c’est au Studio des Ursulines en 1940 que l’Atalante sera projeté pour la première fois débarrassé de son « Chaland qui passe »…

D’après le biographe de Vigo, P.E Salès Gomès, il semble que le Groupement des Spectateurs d’Avant-Garde ait présenté à leur première séance en mai 1930 Nogent Eldorado du dimanche et à leur seconde quelques semaines plus tard A propos de Nice le 14 juin 1930 (cf notre page ici).

Le biographe américain de Carné, Edward Turk, n’est pas le seul à faire le lien entre ces deux oeuvres inédites. Mais il remarque que « là où Vigo est agressivement subversif, Carné est tendrement utopique. Là où Vigo déconstruit le réel, Carné fait revivre des archétypes mythiques. »

3 – Jean Vigo dans le cadre de son ciné-club à Nice, « Les Amis du Cinéma» (créé en septembre 1930), a projeté Nogent Eldorado du dimanche.

4 – Marcel Carné écrit dans ses mémoires que le public avait hué son Drôle de drame en 1937 lorsqu’il était projeté au Colisée. Tout comme il avait hué dans la même salle trois ans plus tôt les projections de l’Atalante, « le film admirable de Jean Vigo. Ceci me consolait un peu de cela » avoue-t-il.

5 – Et pour clore, Jean-Louis Bompoint nous confie qu’en 1979 alors qu’il avait tout juste 19 ans, il avait été très ému de rencontrer chez lui Marcel Carné qui lui avait dédicacé son autobiographie La Vie à belles dents.

Et puis peu importe que ce site soit hébergé ici ou là, le principal est de faire partager son enthousiasme et sa passion pour un film aussi intemporel que l’Atalante de Jean Vigo

Marcel Carné sur le tournage de Drôle de drame en 1937.

Jean Vigo sur le tournage de l’Atalante en 1934


Haut de page


One ResponseLeave one →

  1. Trrrès intéressant ! Merci à vous !

Publier un commentaire